Please use this identifier to cite or link to this item: https://zone.biblio.laurentian.ca/handle/10219/2408
Full metadata record
DC FieldValueLanguage
dc.contributor.authorLacelle, Suzanne-
dc.date.accessioned2015-06-16T12:59:39Z-
dc.date.available2015-06-16T12:59:39Z-
dc.date.issued2015-06-16-
dc.identifier.urihttps://zone.biblio.laurentian.ca/dspace/handle/10219/2408-
dc.description.abstractDans ce projet de recherche féministe qualitative, par l’intermédiaire de quatre groupes de discussion, nous avons mené des entrevues auprès de 13 jeunes femmes francophones âgées entre 18 à 24 ans qui sont inscrites au niveau d’études universitaires à l’Université Laurentienne. Nous avons voulu connaître si ces jeunes femmes s’identifient comme féministes, et quelles sont leurs définitions et leurs visions du féminisme. À la lumière des revendications du mouvement féministe, on peut se demander si les jeunes femmes de l’Ontario français s’identifient au féminisme ? En adoptent-elles les valeurs ou ont-elles adopté des valeurs différentes ? Existe-il chez elles une distance par rapport au féminisme ? Enfin, comment ces jeunes femmes définissent-elles la pensée féministe ? Voici donc nos principales questions de recherche. Compte tenu du caractère qualitatif de notre étude, nous avons procédé à partir d’un échantillonnage non probabiliste, en fonction de certaines caractéristiques précises de la population étudiée. Une recension intégrative de la littérature portant sur la construction de l’identité féministe nous a mené à divisé le canevas d’entretien en quatre thèmes :  les définitions personnelles du féminisme et du mouvement des femmes;  l’analyse du concept féministe (égalité et acquis);  les besoins et dossiers actuels;  l’identité féministe. Nous avons ensuite analysé les résultats des entretiens à l’aide de la méthode d’analyse de contenu. Les résultats obtenus révèlent que la formation de l’identité féministe des jeunes femmes francophone est en voie de transformation. Ces jeunes femmes, qui ont grandi pendant les années 1990 à présent, se disent « féministes » dans la sphère privée, mais elles rejettent l’appellation « féministe » dans la sphère publique. Par l’entremise de cette étude, nous pouvons postuler que les jeunes femmes francophones de l’Ontario français s’identifient peu comme « féministe » mais qu’elles adhèrent tout de même aux valeurs féministes.en_CA
dc.language.isofren_CA
dc.publisherLaurentian University of Sudburyen_CA
dc.subjectféminismeen_CA
dc.subjectjeunes femmesen_CA
dc.subjectFranco-Ontariennesen_CA
dc.subjectidentité féministeen_CA
dc.titleLes jeunes femmes de l'Ontario français et le féminismeen_CA
dc.typeThesisen_CA
dc.description.degreeMaster`s Thesesen_CA
dc.publisher.grantorLaurentian University of Sudburyen_CA
Appears in Collections:Master's Theses
Master's Theses

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
Mémoire MSS Suzanne Lacelle 10 avril 2015.pdf1.08 MBAdobe PDFThumbnail
View/Open


Items in LU|ZONE|UL are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.